Concert BACH, Orchestre Les PLÉIADES

Concert Orchestre Les PLEIADES 18 janvier 2019Vendredi 18 janvier 2019
Ă  20 h 30
au Temple de Pentemont
106 rue de Grenelle – 75007 Paris
métro Solférino

Au programme :

Ouverture de la Suite pour orchestre n°1 BWV 1066 de J.S. Bach

Concerto pour basson en do mineur RV 480 de Vivaldi, soliste Michaël Langérôme

Symphonie en fa majeur H.665 de C.Ph.E. Bach

Symphonie en si bémol majeur WB 17 de J.Ch. Bach

Cantate BWV 51  « Jauchzet Gott in allen Landen ! » de J.S. Bach, solistes Laudine Belliard, soprano, et Arthur Escriva, trompette

Orchestre Les Pléiades, Direction Philippe Lerat

 

Tarif 12 €,

Etudiants 8€

moins de 10 ans et chômeurs : gratuit

Billets en vente sur place à partir de 20h ou sur Fnac.com et BilletReduc.com

Ce programme est une illustration du génie de la famille Bach à travers des œuvres pour orchestre de Johann Sebastian, de ses fils Johann Christian et Carl Philipp Emanuel, et d’un compositeur qui les a inspirés : Antonio Vivaldi.

 

La généalogie des Bach est aussi touffue qu’une sapinière de la Forêt Noire : la descendance des Bach entre le XVIe et la moitié du XIXe siècle compte environ soixante-quinze musiciens. De ses deux épouses, Maria Barbara puis Anna Magdalena, Johann Sebastian eut vingt enfants. Pour simplifier le propos, disons que tous les garçons qui atteignirent l’âge adulte – il n’y en eut que cinq – devinrent musiciens réputés comme leur père.

 

Johann Sebastian BACH (1685-1750)

 

L’Ouverture de la Suite pour orchestre n°1 en do BWV 1066 (1718) est composĂ©e alors qu’il est maĂ®tre de chapelle du prince LĂ©opold d’Anhalt-Köthen – souverain d’un minuscule Etat au management dĂ©complexĂ© et qui conçoit la musique comme une arme diplomatique bien moins coĂ»teuse qu’une armĂ©e. Sous la plume de son compositeur, l’ouverture prend des proportions inhabituelles et aligne un contrepoint d’une somptuositĂ© Ă  couper le souffle.

 

La Cantate BWV 51 Jauchzet Gott in allen Landen ! pour soprano, cordes et basse continue, avec trompette solo aux 1er et 5è mvt,  est datée de 1730, période pendant laquelle Bach est le cantor de l’église St Thomas de Leipzig. L’écriture y est intense pour les deux solistes, la soprano et la trompette, qui rivalisent de virtuosité. L’œuvre, jubilatoire, est capable de donner de la joie à un champ de cailloux.

 

Carl Philipp Emanuel BACH (1714-1788)

Le « Bach de Berlin » ou « le Bach de Hambourg » est le deuxième des fils de Johann Sebastian. Trente années au service du roi Frédéric II de Prusse « le prince-musicien », puis vingt comme directeur de la musique à Hambourg où il succède à Telemann, qui était aussi son parrain.

La Symphonie en fa majeur H.665 (1775), étonnante par ses audaces rythmiques et harmoniques, reflète bien l’originalité de ce compositeur respecté dans l’Europe entière et qui inscrit son style d’écriture dans la continuité de l’œuvre de son père.

 

Jean-Chrétien BACH (1735-1782)

Johann Christian, le « Bach de Londres », n’a que quinze ans lorsque son père décède. Son frère Carl Philipp Emanuel le recueille à Berlin et poursuit son éducation musicale. Premier de la lignée à partir en Italie, il est l’élève du fameux Padre Martini puis s’installe à Londres. Apôtre du style galant, il écrit du Mozart avant Mozart – ces deux-là se connaissent et s’estiment malgré leur différence d’âge.

La Symphonie en si bémol majeur WB 17 Op.18 N°2, recyclée de l’ouverture de l’opéra Lucio Silla, en est une belle illustration.

 

Antonio VIVALDI (1678-1741)

L’invité surprise de ce programme, mais grand inspirateur de Johan Sebastian Bach qui transcrivit pour son compte plusieurs de ses œuvres.

Le Concerto pour basson, cordes et basse continue en do mineur F VIII n°14 RV 480 témoigne de l’intérêt que Vivaldi porta à cet instrument et dont jouaient en virtuose certaines des plus talentueuses pensionnaires de l’Ospedale della Pieta de Venise.

Après le cor anglais l’année dernière, l’Orchestre Les Pléiades poursuit ainsi son exploration des concertos pour instruments rares.

 

Solistes :

Laudine BELLIARD, soprano, est chef du Chœur de St-Germain-en-Laye avec lequel l’Orchestre les Pléiades est à nouveau partenaire cette saison pour le prochain programme du printemps 2019.

Michaël LANGEROME, basson, est l’un des membres historiques de l’orchestre.

Arthur ESCRIVA, trompette

 

L’orchestre Les PlĂ©iades a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en octobre 2012 Ă  Paris. Selon les programmes, il se compose de 30 Ă  45 instrumentistes, amateurs et professionnels, pour un rĂ©pertoire qui s’étend du 17e siècle Ă  nos jours. Il est dirigĂ© depuis sa crĂ©ation par Philippe Lerat.